Estivale 2005

Dimanche 26 juin 2005

La Route des Phares

Nous avions donné rendez-vous au soleil à Westkapelle fin juin. L’astre, bien brave, ne nous a pas fait faux bon et vous non plus, ce qui reste quand même le plus important.
Patrick et David nous avaient concocté pour l’occasion un superbe itinéraire au travers de la Zeelande, pas la nouvelle, mais la hollandaise, tout aussi belle.

Isa et moi avions décidé d’anticiper d’un jour, nous étions donc les plus proche du point de départ, ce qui ne nous empêcha nullement d’arriver… les derniers.

L’inconvénient majeur est de devoir dire bonjour à tout le monde en une fois, l’avantage est d’arriver tip-top pour la photo de groupe… genre on attendait plus que nous. Et comme d’un fait exprès nous avions décidé de nous faire remarquer jusqu’au bout… nous étions en Golf Cab’ fort pratique pour le photo-reportage… tout comme pour créer une ambiance de brume mais ça… c’était une idée de notre segmentation défaillante.

Le départ est donc donné en milieu de matinée, nous quittons le phare en pyjama rouge et blanc direction la première éolienne à gauche… ou la seconde, je ne sais plus exactement… enfin il y avait un autre phare, une éolienne et des mouettes… ça je sais. Oostakapelle, Serooskerke, Vrouwenpolder, Zierikzee… une jolie mer intérieure sur notre droite avant d’y arriver… il y a plus de touriste du côté intérieur que du côté atlantique, les vagues y sont plus abordables pour les marins en herbe… ce qui n’a rien à voir avec l’herbe que l’on peut justement trouver en Hollande… ailleurs 🙂

Nous arrivons ainsi à notre premier « view-point » après seulement deux radars (si il y en avait plus je ne les ai pas vu), très bel endroit ensoleillé, la mer est face à nous, les éoliennes et les mouettes autour des Audi, le matin elles étaient sur les Audi, il y a donc progrès, nous avons donc enfin le temps de parler avec nos compagnons de route (pour rappel nous étions derniers ce matin). Jolies photos dans la boite, un moment de tranquillité entre nous au bord de mer… rien que nous pas d’autres touristes… que du bonheur 🙂

Il est temps de poursuivre notre route, c’est parti pour « Alle Richtingen », c’est un peu comme « Ausfahrt » en Allemagne… c’est souvent indiqué mais on ne le voit jamais  (pas frapper la tête)… par contre le radar est bien signalé et bien présent… c’pas moi qui conduit… na ! Arrivés dans Burg-Haamstede (ACHTUNG vélos dans tous les coins) nous allons découvrir un superbe moulin (à vent, en fait, en Hollande, avant d’avoir des éoliennes, ils avaient déjà du vent… une longue tradition du plat pays)… direction les jolis quartiers résidentiels de la région, du phare de Haamstede, érigé en 1837 et d’une hauteur de 58m. Nous suivons presque directement par le phare de Ouddorp, datant lui de 1947 pour 56m de haut avec à ses pieds une fort jolie plage pleine de sable… ce truc atroce qui n’est utile que dans le béton.
Direction le manger via rond-points et radars… en fait on voit fort bien les deux donc ça ne gène pas vraiment… de plus il n’y a pas tellement de garde forestiers intégristes dans la région… tout ce passe donc pour un mieux… Ceci dit, j’en vois un… ah non, ce n’est pas un garde mais un Chinois… et il tient un resto en plus… c’est l’étape du dîner. Le chinois traduit en néerlandais me semble franchement mystérieux, mais c’est bien relevé, c’est bon et ça fait du bien, ça change de notre expérience de moules pannées de la veille (beurk).

Après quelques glaces expérimentales en guise de dessert (on pouvait prendre des normales mais certains ont tenté le coup), mise à niveau des carters d’huile et en route pour les radars de l’après midi ! Nous naviguons à nouveau dans cette superbe région entre réserves naturelles et villages typiques pour arriver à notre break de l’après-midi, une superbe plage avec plein de surfers à voiles… que nous découvrons après une marche épuisante dans du sable, cette infâme matière constituée de détritus marins (tout le monde à bien compris que je n’aime pas le sable je crois 🙂 ). Une fois sortis de cet enfer pédestre (j’insiste), nous prenons la direction de Zierikzee que je traduit du haut de mon bilinguisme presque totalement imparfait par : « regarde la mer de Rik »… un superbe village, avec de fabuleux bateaux dans des darses intérieures, et des bâtiments tordus par l’instabilité du sol sur lequel ils reposent… c’est aussi l’étape, la dernière, de la crêpe, très bonne, très large, très sucrée … comme chez nous 🙂

Nous rentrerons chacun à notre rythme… contrairement à un moment de l’après-midi assez mémorable… Nous nous sommes retrouvés tous coincés au pied d’un pont mobile équipé d’un magnifique feux rouge… le départ qui s’en suivit n’avait rien à envier aux plus belles heures des 24 Heures du Mans… à quelques milliers de chevaux près.

Isa, Fa et la Golf deux temps 🙂

© PBLCT / AUDI-HERITAGE 2005