Rencontre avec l’une des 333 Audi A1 quattro

Elle fait le buzz sur internet depuis l’hiver dernier, on la retrouve en essai exclusif dans la revue Avus, on annonce que les 59 exemplaires destinés pour la France sont vendus, idem en Belgique d’après le Moniteur Automobile, on sait qu’elle est déjà un « collector », je ne vous apprends rien chers lecteurs, alors en voiture Simone…

 

 

C’est le hasard d’un trajet sur la N4 vers le sud qui m’a amené devant la concession SAN à Namur (Wierde) et à y entrer en quête d’une photo de la nouvelle A3 rouge qui est en vitrine, ou d’un catalogue inconnu. La A3 rouge est superbe, la A4 Allroad l’est tout autant tout comme la cabriolet rouge qui est stationnée devant le show-room des occasions (non Arnaud, elle n’est pas à vendre) mais suivez bien mon fil rouge car l’A1 que je vois exposée près du vendeur possède des cache-moyeux de roue rouges, un séparateur d’optique rouge, un pommeau de vitesse à liseret rouge, des coutures des panneaux de porte et du volant rouges, un compte-tours à fond rouge, un couvre culasse… Non, il n’est pas rouge !!! 

Je me suis pincé et l’avis indiquant que la voiture restait fermée à clé a confirmé ma pensée, je suis bien devant l’un des 333 exemplaires des fameuse Audi A1 quattro. Une version à 4 roues motrices qui a nécessité un réaménagement du plancher pour faire passer l’arbre de transmission en carbone, l’installation du train arrière d’une TTs et d’un coupleur Haldex. Le moteur 2,0 TSI turbo développe la bagatelle de 256 ch et 350 nm et enmène la belle à 245 km/h d’après l’essai du Moniteur (1536).

 Je dois remercier le sympatique vendeur qui m’a gentillement ouvert la voiture et permis de prendre les photos que vous découvrez, dont celle de votre serviteur posant fièrement à la place du conducteur. Après avoir ouvert la porte, l’oeil exercé identifie que tout est discrêtement … exclusif : les sièges de type baquet, la console centrale, le pommeau de vitesse et surtout, l’impressionant tableau des instruments à fond rouge, du moins pour le compte-tours. Le bas de caisse, le panneau 3/4 arrière, la calandre accueillent un petit logo ‘quattro’. Les jantes 18″sont bien entendu spécifiques, tout comme la face arrière du hayon, de couleur noire et évidemment l’impressionnant becquet arrière.

 

 Le compartiment moteur abrite le 2,0 TSI turbo en toute discretion… Au passage, je note le numéro de série pour un prochain article « youngtimers »… Dans 25 ans. Longue vie au club Audi-Heritage !

Tous les exemplaires sont vendus? Que nenni, celui-ci est proposé à l’acheteur pour un petit 55.000 EUR. De quoi tomber par terre me dites-vous, c’est qui m’est arrivé, afin de de photographier sous les jupes (de bas de caisse, hé là !!!) et de remarquer le différentiel arrière qui porte encore son étiquette du fournisseur indiquant la date du 16/08/2012. L’arbre de transmission disparait par dessus du réservoir d’essence avant de déboucher à la hauteur du catalyseur et de se brancher sur la boite de vitesses.  

Si vous arrivez trop tard à la concession, vous pourrez toujours vous rabattre sur la future S1 annoncée à 240ch.

 Philippe, le bourlingeur