Estivale 2010 : barbecue les pieds dans l’eau

27 /6/2010
C’est chaque fois avec grand plaisir que je vois de nouveaux aficionados des quatre anneaux nous rejoindre, cela me rappelle qu’il y a eu une première fois pour tous ceux que j’ai appris à connaître et qui animent notre club et nos sorties avec leur passion et leur bonne humeur. L’estivale 2010 a été un grand cru en la matière : une sortie à la bonne franquette et sans trop de kilomètres, il n’en fallait pas plus pour faire le plein de participants. Ajoutons à cela un lobbying intense de la part de notre ami Christian, coorganisateur de la journée, et nous avons pulvérisé le record du nombre de participants (56) et de voitures (26).
Puisque, vous le savez, j’ai un faible pour les berlines, je commencerai les présentations dans l’ordre inverse de l’habitude, avec Olivier qui hante le même coin de Charleroi que moi avec sa 90 Zermatt, mais que je n’avais jamais eu l’occasion de croiser. Raphaël était au volant de sa 100 C4 dont nous avons pu suivre le sauvetage sur le site, le sommet de la gamme deux roues motrices avec son 2.8 V6, et dans la mythique teinte blanc nacré, s’il vous plaît. Je serais bien reparti avec celle-là s’il n’y avait eu ma 100 type 43 à deux pas. A propos de type 43, l’estivale était la première sortie de notre ami Philippe et de sa 100 CS 5E, qui nous fait le récit de son parcours et de quelques à-côtés en s’attardant sur les merveilles qu’ils recelaient. Merci à lui de nous donner cet éclairage inhabituel. La plupart connaissent le coupé blanc de Johan Sempels, mais pas encore son nouveau propriétaire, Fred, qui a mijoté une petite surprise pour chacun des équipages : une boîte de bonbons à l’effigie de notre club préféré. Un grand merci à lui pour cette attention. Will et Christophe nous rejoignaient aussi, chacun dans son Coupé quattro rouge.
Nous avions le plaisir de revoir Jean-François et David en Coupé GT quattro, rouge tornado pour l’un et blanc alpin pour l’autre, et Philippe sur son ur-quattro blanc. La troisième sortie pour Samuel a été la bonne pour pouvoir prendre le volant : à l’automnale 2009, un problème administratif avait empêché l’immatriculation à temps de sa 80 GT ex-Manfred importée de Bourgogne, et à l’hivernale 2009, le maître cylindre avait rendu l’âme juste avant le départ.
Et puis il y avait les habitués, ceux qui n’en ratent pas une ou presque : Laurent en V8, Olivier en A4 V6 quattro, Thierry et l’inusable 100 Avant type 44, Christianliège et son Coupé GT, Daniel et Mike avec la paire de Coupés, vert Inari et rouge Titien, Jean-Claude, notre spécialiste en miniatures, qui a échangé cette fois sa Polo « caverne d’Ali-Baba » pour une A4. Quant à notre ami Christian, il s’est séparé de la berrycar, bonjour la papycar. Ne croyez pas qu’il s’est assagi en passant à une berline, il s’agit d’une 80 2.0 16V quattro, redoutable quand on la pousse à plus du tiers du compte-tours.
On va encore passer pour un club d’ur-quattro,  mais comment faire autrement quand on constate que presque tout le comité s’est déplacé sur ce type d’engin? Jacques était en bleu, Patrick en rouge et Arnaud heureux d’étrenner son nouveau jouet vert.
Terminons le tour d’horizon avec Christophe, notre spécialiste internet, au volant du Cabrio d’Arnaud, et Marc-Henri, amateur de voitures révolutionnaires : rappelez-vous le slogan publicitaire lors du lancement de l’AX en 1986 !
Pour mettre la journée en route, rien ne vaut un bon petit-déjeuner. Après avoir radioguidé les derniers arrivants, avec parfois un téléphone à chaque oreille, Christian lance le programme, qui s’annonce sous un soleil ardent : adieu tente, parka, parapluies et bottes, cela permettra de voyager léger.
Petit déjeuner, distribution du road book et de la petite surprise de Fred, il est temps de nous mettre en route vers notre destination, le long du Ri Jaune, l’un des lacs de l’Eau d’Heure. Le tracé se veut simple à suivre et ludique : les belles routes de l’Entre Sambre-et-Meuse peu fréquentées serpentant entre les champs de colza ou de maïs sont le terrain de jeu tout trouvé pour nos belles mécaniques.
Cerise sur le gâteau, elles permettent d’éviter les encombrements déjà conséquents sur le principal accès aux barrages : c’est ainsi qu’une partie de l’intendance, engluée dans les bouchons, arrivera bien après les premiers qui se sont pris au jeu des « routes de Berry ».
La température est encore montée de plusieurs crans, et nous renonçons rapidement à nous installer à l’endroit prévu pour nous réfugier en sous-bois où une sangria bien fraiche clôture notre installation. Ce n’est pas tout, il faut se mettre au travail, et chacun s’active autour des barbecues dont certains montrent pas mal de retard à l’allumage, il va falloir que les mécanos se concentrent.
Une fois la température optimale atteinte et vérifiée grâce à un pied expert (heureusement plus de peur que de mal), un délicieux fumet commence à flotter dans le sous-bois. Chacun profite de l’ambiance de vacances, une brochette dans une main, un verre de rosé dans l’autre, et des Audi tout autour. Que demander de mieux? Un dessert? Pas de problème, le marchand de glace du coin vient de faire son apparition, et c’est là qu’on se rend compte que le choix du sous-bois était le meilleur : cinq minutes d’attente au soleil tourne rapidement au supplice et on est heureux de regagner sa place à l’ombre.
L’après-midi s’avance, nous avons la joie de voir passer Jean-Louis, qui n’avait pas pu être des nôtres du matin, et surtout une fameuse surprise attend le comité : un t-shirt Audi-Heritage personnalisé.  Signé par chaque membre, il deviendra n’en doutons pas un collector qui aura les honneurs d’autres sorties. Un grand merci à tous pour cette attention, comme le dit Christian, c’est fou, c’est club, c’est Audi-Heritage.
En début de soirée, chacun plie bagage, en se souhaitant de bonnes vacances. Ce fut une belle journée, une estivale réussie sans trop de kilomètres ni de stress, et nous espérons qu’elle vous incitera à revenir, pour l’automnale par exemple.