Essen 2009… connait pas la crise!

essenAh, cette année, une chose est certaine, avec la crise qui touche de plein fouet l’Europe et le monde entier, avec le sévère recul des ventes de voitures neuves, avec la chute du marché de l’immobilier, avec la bourse qui a ruiné des familles entières, avec tous ces pauvres gens qui sont mis à la porte de leur entreprise au nom de la soit-disant sacro-sainte rentabilité obligatoire, une éclaircie se profile à l’horizon, nous allons revenir à des prix plus justes en ce qui concerne les ancêtres automobiles.


Voilà une bonne occasion qui se présente à nous d’aller prendre la température lors de notre traditionnelle sortie annuelle au Techno Classica Essen d’avril.
Vos deux habituels compères, Jacques et Patrick, sont comme toujours de la partie. Et une fois n’est pas coutume, enfin, pas encore, Jean-Pierre souhaite nous accompagner pour ce minitrip.
Très vite, nous allons comprendre que cette exceptionnelle foire de l’auto ancienne est en décalage avec la situation économique actuelle. Les prix demandés par les vendeurs professionnels demeurent astronomiques. A défaut de pouvoir se les acheter, elles nous font rêver, ces voitures d’une autre époque. N’est-ce pas encore mieux, finalement ?

On exagère un peu : Oui, la crise se ressent tout de même à Essen. Nos pauvres vendeurs de boissons et de hamburgers ont été obligés d’augmenter leurs prix pour faire face aux difficultés ; Une entrée se négocie à 20€, histoire de ne pas s’attirer la grogne des actionnaires, et si vous voulez loger dans un hôtel classique des alentours, à condition d’y trouver encore une chambre, compter 70€ la nuitée sans petit déjeuner, accueil sympa non compris.
Mais ne nous laissons pas abattre par la morosité ambiante. Fidèle à nos habitudes, cette sortie sera conviviale, amusante, et toute simple. A force de persévérance, nous dénichons trois chambres bon marché chez l’habitant, dans un village calme et cossu de la région. C’est devenu un véritable plaisir pour nous de prévoir deux jours pour découvrir la Messe d’Essen.
Il est 9h47, ce vendredi 3 avril. Nous avons notre ticket, et nous attendons patiemment 10h00 pile. Nous sommes en Allemagne, et l’heure, c’est l’heure. Pas question d’espérer y pénétrer plus tôt, dans le premier hall d’exposition, ni de faire une photo au-dessus de l’hôtesse qui monte la garde, avec un sourire sévère, ou devrais-je dire avec une sévérité souriante. Dans les deux cas de figures, ça signifie : « nein »!
Oui, on l’avoue, notre premier objectif est de nous rendre au plus vite sur le stand de notre marque préférée. C’est que les 4 anneaux fêtent leurs 100 ans… ça va être unique ! Nous sommes vendredi, une journée avec une fréquentation « light ». Malgré cela, nous filons à travers les halls comme si on allait nous les voler, ces Audis exposées pour nous, le sourire au beau fixe, et l’appareil photo allumé. Bande de gamins !
A première vue, en pénétrant dans ce vaste hall réservé à VW, Skoda, Seat et Audi, rien de bien festif ne nous saute aux yeux. Chez Audi, un plateau est toujours mis à disposition des clubs membres de l’ACI, et un autre pour Audi Tradition, quelques gadgets et articles aux couleurs de la marque ne demandent qu’à sortir des vitrines alléchantes… et un comptoir d’accueil où l’on parle français… Oui oui, des visages connus, les représentants de la firme d’Ieteren sont là, et on cause des 100 ans d’Audi, à ne pas rater, le 18 juillet à Ingolstadt… On nous le confirme officieusement.

Rien de festif, c’est certain, il n’y a ni confettis ni gâteau d’anniversaire, mais les cadeaux sont tout de même offerts à nos yeux, plus subtilement…
En effet, l’Audi Sport quattro S1, victorieuse à Pikes Peak en 1987, trône au milieu (Jacques ne s’est pas privé de tout vous raconter dans un précédent article). Chance, et agréable surprise, une brave âme d’Audi Tradition nous fait le cadeau d’ouvrir le compartiment moteur, puis la porte conducteur; Nous nous jetons comme des mouches sur les entrailles du monstre, appareil photos en mode déclenchement intempestif ! Le flash proteste d’abord, puis immortalise les entrailles. Jacques et Jean-Pierre y entrent la tête, les yeux grands ouverts, moi juste l’objectif.
Les autres véhicules aux 4 anneaux présents du côté Audi Tradition sont très colorés, comme le très orange prototype coupé quattro Spyder (quel dommage de n’avoir jamais produit ce fantastique coupé qui reste indémodable)… ou encore le jaune d’une des premières Audi, qui rappelle le centenaire de la marque.
Le blanc est à la mode, à Essen aussi. Une belle Audi 100 type 44, une Audi 60 et l’Audi 225 roadster deux places, toutes de blanc vêtues.
L’Audi R10 TDI affiche des couleurs plus sportives. C’est Jean-Louis qui va se régaler avec les photos.

Côté clubs membres de l’ACI, on joue aussi avec les couleurs vives, avec entre autres et dans le désordre, une urquattro 20v grise, un coupé 100 s bleu, une 80 cabrio 2.8 , une 100 L 5D, une 80 GLS, une 60 cabrio, une 100 Gl automatique pour les 40 ans de la berline, une 80 GTE verte, de jolies DKW d’avant et d’après guerre, une Monza, des Horch, des NSU à gogo, et j’en passe.

Étrangement, sur le stand d’en face, au milieu de VW, une DKW F1 de 1931 semble avoir perdu son chemin. La Cox est là, quoi de plus normal, tout comme une belle Golf cabrio de la fin des années 70, des Caravelles,  Westfalia et autres Transporters font tourner la tête à de nombreuses générations nostalgiques.

Un hall entier est consacré à Mercedes, la grande classe, dans un espace aéré.

Au détour des allées, nous dénicherons pas moins de 3 Sport quattro à vendre, pour toutes les bourses, enfin presque : une rouge à 141.610€, une blanche à 169.500€, une autre rouge à 126.900€ et une belle Urquattro 20v rouge à 33.500 euros, délaissées sur un parking extérieur d’une cour. Ces quelques pièces rares n’en demeurent pas moins affichées à des prix scandaleux.

C’est bien simple, les prix sont encore montés d’un cran par rapport à l’an passé. Essen… connait pas la crise !! Les catalogues, les photos de presse, les livres, les pièces, les posters DKW sont toujours à vendre, les mêmes souvent, encore plus chers, … allez comprendre ! On va finir par croire que les vendeurs y tiennent trop pour les vendre, et découragent tout amateur !

Dans un autre hall, le hasard de nos rencontres nous met nez à nez avec une DKW F12 roadster blanche  à 21.900€, loin d’être parfaite au niveau peinture, malgré les apparences trompeuses, de loin.

De nombreuses Horch à vendre, comme toujours. Ne parlons pas du prix, très chers amis, nous sommes au-dessus de ce petit détail pratique.
Nous croisons également entre deux halls une DKW Meisterklasse noire de 1939 complètement coincée, presque punie dans un coin, de nationalité belge, toute seule et à vendre.

Les Porsches 911, encore plus chères que l’an passé, nous narguent du haut de leurs dizaines de milliers d’euros. Pas juste !

Les hôtesses… Les vraies, peu nombreuses, ont été réduites au minimum. Dégraisser le personnel qu’on appelle çà !  Les fausses hôtesses, sans doute moins chères, moins potiches… pardon pardon, je ne le pense pas, sont en hausse. Le génial stand du club Opel en a d’ailleurs abusé, de ces filles sexy pas chiantes pour un sou, au contraire, très volontaires et très travailleuses.  : Ahhh, enfin une aile de l’étage où on pense aux messieurs qui aiment les belles mécaniques et la gent féminine qui garde les voitures toutes propres. Bravo aux décorateurs du club Opel. Il fallait oser et ces amateurs  l’ont fait, avec beaucoup d’humour et de dérision ! Tout ce qu’il faut pour s’occuper et nettoyer vos anciennes voitures sur quelques m², la solution au manque de temps est ici sous nos yeux ébahis, mettre à contributions ces dames en tenues osées… Car-wash, aspirateur, polish,… Que ne feraient-elles pas par amour… pour nous ? Mesdames, on rigole, on vous aime aussi avec le fer à repasser. Aille, ouille, pas frapper le Pat !

Jean-Pierre  s’attarde sur des anciens gadgets aux 4 anneaux… à prix d’argent ! Il en reparlera prochainement dans un article.

Voilà, il est 18h00… 8h non stop à déambuler dans la foire, nous sommes repus d’ancêtres pour ce vendredi, et ne tardons plus à quitter Essen pour la tranquillité de notre petite chambre d’hôte, dans un petit quartier bien sympathique… A deux pas, un resto italien nous est recommandé pour son accueil chaleureux, ses prix doux et son côté familial. Mamma mia, la serveuse est adorable, nous bredouille un timide français avec un adorable accent italien et … nous sommes vite à notre aise. Du bonheur de terminer ainsi la soirée avant de lancer en ligne sur le forum du club quelques photos grâce à l’ordinateur de Jean-Pierre.

Samedi, nous poursuivons la visite…

Tiens, la mini fête ses 50 ans… nous aussi on aura notre gâteau pour les 5 ans du club… à Ciney !
Le stand Mini Austin a toujours du succès, et les dames en raffolent.

Un passage chez BMW, pour rapporter quelques images à notre Christophe, …

et hop, en avant toute à l’étage chez les clubs amateurs, quelques vente de particuliers et surtout, les stands un peu dingues.
Des Westafalia à gogo, irrésistibles dans leurs nombreuses déclinaisons, de tout âge. Les 25 ans de la syncro chez VW avec une Passat calandre 4 phares, à droite, joli comme tout!
A gauche, une NSU TT orange à vendre par un particulier, état impeccable, prix maximum… A ses côtés, un joli coupé type 89 2.0 automatique tente lui aussi de se faire adopter.

Un peu plus loin, des mariées se figent d’admiration au milieu des Scirocco. Moi aussi ! En face, les Audi 50 du club allemand arborent leurs teintes vivantes.
Fiat et ses voitures pis de vaches nous font rire. Ah, enfin, nous arrivons au niveau des clubs de l’est… Que vont-ils nous réserver cette année ? Il faut savoir qu’ils osent toujours le pire mélange du bon et mauvais goût, et c’est souvent amusant, voire très beau. Un téléphérique, des pompiers arrosant véritablement un feu de maison, des fausses poules dans un décor de grange …

Allez, on repasse chez Audi les gars? Ouiiiiiiiiiiiiiiiii, tous en cœur ! Il y a plus de monde…
Et enfin, le sous-sol et ses marques très made in USA. La démesure, la tendance « In the army now », la police, et sans rapport aucun, …quelques poules de  basse cours, des vraies cette fois ! Personne ne sera oublié dans nos photos : du tuning pour l’ami Berry. Fuyons vite. 🙂

L’heure avance. On décide de quitter Essen, encore deux belles rencontres dans les rues avoisinantes ou sur la route, un spider NSU à l’arrêt, décapotée, et une  Audi quattro GT avec à son volant un conducteur bien concentré sur la route.

Essen, à l’année prochaine !
Patrick