DKW Treffen 2006

75 ans de traction avant

33ème Rencontre internationale des vétérans Auto-Union

L’invitation du club DKW Belgique à participer à la 33ème rencontre internationale à Bruxelles le premier weekend de juillet ne pouvait en aucun cas se refuser .
Pas besoin cette fois de traverser la moitié de l’Europe pour s’y rendre .
« Ça s’est passé près de chez nous !  » dans un cadre prestigieux : le musée Autoworld et le parc du Cinquantenaire.Cette rencontre était donc la 33ème et pour les amateurs de statistiques , la Belgique accueillait pour la 2ème fois les participants. L’Allemagne l’a fait 17x, la Suisse 3x, le Danemark 3x, les Pays Bas 3x, la Suède 1x, l’Angleterre 1x, l’Autriche 1x et la Norvège 2x . C’est dire que la route allait être très courte pour nous cette année.
Nous étions aux environs de 225 participants, ce qui représente une bonne moyenne, avec 9 Audi seulement, le gros du plateau étant représenté par des DKW 3=6, 1000 S, 1000 SP (Patrick n’en revient toujours pas d’en avoir vu autant !), des motos, des Schnellaster et même des Monza.
Les 2 Audi du club, ma F 103 et la quattro de Jacques étaient un peu esseulées mais ont été rejointes par la belle 60 bleu ciel de Benoît Stevens et 100 GL bleu métal et toit vinyl, 2 portes, à boîte automatique de Christophe Jourion, magnifique dans cette livrée d’origine.


Pour une fois, je ne suis donc pas parti aux aurores ce vendredi 30/06. L’Audi est chargée tranquillement pour une courte étape (Anderlues Nivelles) où j’attends mes copains français sur le parking de l’autoroute. Francis arrive avec la 1000 S suivi de Michel, le président de l’Amicale Auto-Union avec sa F 102. Quelques photos de retrouvailles (mais pourquoi toujours photographier nos voitures ? ) et je prends la tête du convoi sans dépasser le 100 km/h… pour ne pas fatiguer les copines ! Je prends vite conscience que c’est trop lent et adopte un 110 / 120… plus raisonnable. Les 2 temps me collent au train jusqu’au Cinquantenaire (tiens , une quattro blanche sur l’esplanade) . La journée se passe à flâner sur le parking, dans les musées environnants (gratuits pour les participants) , certains prennent la navette vers la D’Ieteren Gallery, bref, une organisation sans faille.

On se sépare en fin de journée. Certains rentrent chez eux,d’autres vont à l’hôtel, Francis et moi avons pris l’option camping à Overijse. Un petit camping pas mal du tout qui n’a sûrement jamais accueilli autant de monde ! On aime bien le camping parce que tout le monde s’y retrouve d’une année à l’autre et quand la météo est de la partie, c’est magnifique. Et les photos au petit matin des voitures couvertes de rosée ! !
Samedi, c’est le grand jour. Je retrouve Jacques, Fabrice et Patrick qui me servira de copilote, la veille de son départ en vacances ! La première DKW (une 600 de 1930) prend le départ de la randonnée. Heureusement que les fonctionnaires européens (un peu verts et surtout autophobes) étaient en congé parce que 200 DKW 2 temps qui démarrent par un temps caniculaire ! ! ! ! ! Les canards des étangs de Tervuren en toussent encore !
Le circuit part dans le Brabant flamand vers LEUVEN par des petites routes très pittoresques pour rejoindre GREZ DOICEAU et LOUVAIN LA NEUVE où un buffet bienvenu nous attend. La deuxième partie nous conduire dans le Brabant wallon par COURT ST ETIENNE, VILLERS LA VILLE, LASNE (découverte de Patrick : une fermette à louer 3000 € !). LASNE est très joli mais pourquoi tous leurs PORSCHE CAYENNE sont noires ? Nous sommes rentrés sur BRUXELLES épuisés par la chaleur , même la F 103 qui en a pourtant vu d’autres ratatouille. Le stationnement de midi en plein soleil a provoqué des remontées d’huile et une bougie est toute grasse. Les petites routes à basse vitesse, elle n’aime pas non plus. Mais elle n’est pas la seule, plusieurs voitures attendent le service D’Ieteren au bord de la route.

C’est donc avec un certain soulagement que l’on rentre au parc, le temps de faire fonctionner les buvettes et de faire encore et toujours des photos.
Pour Francis et moi, un petit saut au camping, nettoyage des bougies et une douche.
Nous arrivons tous frais pour la soirée de gala avec un nouveau buffet assez exceptionnel de qualité. Notre table est bien garnie et nous surplombons l’allée centrale d’Autoworld. C’est prestigieux. Et on en arrive à parler d’autres choses que les voitures !
Nous nous sommes quittés à une heure raisonnable, après les nombreux discours et remerciements.

Je dois avouer que le sommeil vînt rapidement sous la toile de tente !
Mais à 2 heures du matin, alerte et réveil en sursaut. Le train arrive… va m’écraser…
Meuh non, c’est Bruno qui rentre avec le SCHNELLHASTER et qui met quelques coups de gaz sur mon emplacement. Je me suis rendormi comme un bébé, dans une bonne odeur de mélange. Vous comprenez pourquoi on aime tant cette option camping ?
C’est ce qui fait tout le charme d’un Treffen.

Le prochain aura lieu en Suisse, près du Liechstentein mais va falloir qu’ils mettent les bouchées doubles pour arriver au niveau d’organisation atteint par Marc Casteel et son équipe. Pour en avoir fait 6, je peux affirmer que celui-ci était vraiment EXCEPTIONNEL.

Etienne

© PBLCT / AUDI-HERITAGE 2006